lundi 31 octobre 2011

Tintin et le secret de la Licorne


Les fans du jeune reporter belge auront du attendre plus de 25 ans avant que Spielberg, détenteur des droits, ne se mette un coup de pied au cul pour adapter l'une des bandes dessinées les plus célèbres au monde sur grand écran. C'est le temps qu'il m'aura fallu pour me familiariser avec les bd et surtout le dessin animé matraqué par FR3. C'est également le temps qu'il m'aura fallu pour ancrer dans mon inconscient une image de Tintin qui serait difficilement délogeable, même par l'un des plus grands réalisateurs de ce monde!
Je ne vais pas vous mentir, je partais déjà avec mes apprioris tel un vieux reac' grincheux qui préfère le papier qui sent le grenier aux effets 3d qui sentent le pâté. Et là encore je légende! Dès les premières secondes du film, on peut apprécier la technologie qui fait du jeune reporter un juste milieu entre l'animation et le cinéma. Inutile de chercher les traits de Jamie Bell alias Billy Elliott sur le visage de Tintin, vous ne les trouverez pas comme pour les autres personnages. Ce casting n'aura finalement servi qu'à vendre le film, un peu comme les stars qui prêtent leur voix aux films d'animations. L'exemple le plus flagrant reste quand même celui de Dupond et Dupont interprétés par Simon Pegg et Jack Frost dont la ressemblance saute immédiatement aux yeux...


Le capitaine Haddock ressemble à une marionnette des Guignols de l'info en forme de Bubblehead alors que Gad Elmaleh pose son nom au générique pour le plus grand plaisir de sa maman qui ne l'aura même pas reconnu! (anecdote réelle!)

Pour ce qui est du scénario, le film regroupe trois aventures de Tintin: le crabe aux pinces d'or pour la rencontre avec le Capitaine Haddock et le combo du Secret de la Licorne et du trésor de Rackam le rouge pour l'ossature principale. Les fans de la BD anticiperont les dialogues des 20 premières minutes du film tant la pellicule colle au papier. Spielberg prend quelques libertés sur la suite du scénario dont certaines restent difficiles à avaler par rapport à l'histoire originale.
Il reste tout de même fort à parier que les "amateurs" de Tintin ou ceux qui ne le connaissent que de loin apprécieront le film. Je l'aurai certainement apprécié si Spielberg n'avait pas tant attendu avant de le sortir. Il avait certainement d'autres casseroles sur le feu et vu leur contenu, je ne pourrai jamais lui en vouloir! A part peut être pour la Guerre des Mondes bien entendu...

Je m'en veux sincèrement d'être aussi dur avec deux des personnages qui ont marqué mon enfance mais je me vois mal mentir et pondre un article ditirambique sur une adaptation qui ressemble plus à une occasion d'utiliser la 3d à l'approche de Noël pour se faire du fric qu'à une véritable originalité.
Je comprends aussi tout à fait qu'on puisse apprécier ce film. Je n'ai juste pas retrouvé mon âme de gamin. Tant pis je ressortirai les bandes dessinées du grenier!



Bonus: le générique tv


4 commentaires:

Didier a dit…

Spielberg a déjà essayé de faire un tintin bien plus tôt mais le plus gros problème était de trouver un acteur ayant des ressemblances avec le reporter et de rester dans l'univers d'Hergé, il a fini par abandonner. Plus récemment, la technologie de la motion capture a su séduire Spielberg et a, on peut le dire, sauver le projet. Je pense que justement l'attente est tout à son honneur, s'il avait sortit un film à l'époque ou il a acquit les droits d'adaptation, ça aurait été un flop total.

Chief a dit…

Je ne sais pas pourquoi mais cette casserole sent la daube à plein nez ! ;-)

matlennon a dit…

Je crois que tu as oublié de citer A.I : Intelligence Artificielle, qui selon moi, et vu ce que l'on a enduré, surpasse La Guerre Des Mondes..

L'accro au dvd a dit…

Et tu sais de quoi tu parles !