mardi 31 août 2010

Ghost World (vost)



Je me revois encore regarder la jaquette du DVD: Scarlett Johansson et Thora Birch (qui m'avait définitivement marqué pour son rôle taillé sur mesure dans American Beauty), il ne m'en fallait pas plus pour m'interesser à ce film. J'étais loin de me douter qu'en plus de leur physique, le caractère de ces deux personnages collerait parfaitement avec ce que j'étais, à savoir un être cynique et méprisant :) (Je vous rassure j'ai d'autres qualités...)

En quelques mots: Enid et Rebecca sont deux lycéennes qui se distinguent totalement du reste de leurs petits camarades par un profond mépris de la culture ado américaine. Tous les clichés y passent: sportifs au physique d'Appolon qui ne voient que par leur voiture, blondes écervelées, puritanisme américain légendaire. Ce cynisme de la part des deux jeunes filles exprime en fait un malaise plus profond. Elles sont totalement perdues et n'arrivent pas à trouver leur place dans ce système qu'elles rejettent à l'extrême. Lors d'une de leurs habituelles escapades curieuses, elles font la connaissance de Seymour, collectionneur de vinyls averti qui devient immédiatement leur nouvelle cible "populaire".

Aprés quelques recherches sur le Net, j'ai appris que ce film était en fait l'adaptation d'un comic book à succès aux Etats Unis. Intitulée également Ghost World, la bande dessinée de Daniel Clowes a rapidement été retranscrite pour les cinéphiles. Logiquement, ce film avait donc tout pour plaire avant même d'être sorti: un sujet qui concerne l'ensemble des 15/30 ans, un casting soigné et une intrigue qui ressemble plus à notre quotidien qu'à un scenario destiné à rafler de jolies statuettes dorées.

Ne cherchez pas les bons et les méchants, ni même le début ou la fin , vous risqueriez d'être déçus. Laissez vous simplement transporter dans cette chronique qui vous fera irremédiablement penser à un moment ou à un autre, à votre propre vécu.

Infos et bande annonce
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=36755.html

Extrait musical

5 commentaires:

Muffin Man a dit…

Merci de me faire découvrir des films dont je ne connaissais pas l'existence. En tout cas Daniel Clowes c'est superbe !!! J'adore ses dessins.

Chief a dit…

Et ma mère a enfin des news de Scarlett !!!

Non, je rigole ! ;-)

oblomov a dit…

Vu au ciné y'a un paquet d'années à une époque où Magali m'emmenait voir un peu de tout.

Je ne pensais pas que nous allions devenir aussi proche de Scarlett, mon cher accro ;-)

N'oublions pas Steve Buscemi, excellent, et les apparitions de l'homme au plus beau mulet du monde, qui kidnappera plus tard les red hot dans un de leurs clips.

Marie a dit…

Un film de haut vol que j'avais été voir à l'Utopia ! c'est pour dire !

The Bee a dit…

Tout pareil que Clemiclem pour les commentaires.
Avec quand-même un focus plus important sur l'esprit un peu "décalé" de ce film qui ne se base pas que sur la vue du monde par des ados en train de devenir adultes. Je m'explique : le réalisateur à volontairement brouillé les pistes dès le départ et tout au long du film en mélangeant le temps. On a l'air de vivre dans les années 60, début 70 avec des télés en noir et blanc, des maisons et des restos d'antan, des vètements aussi du moment, ...et pourtant on parle de DVD, on voit une chaine hifi dernier cri, et plein d'autres petits cleins d'oeil plus contemporains. ça permet de faire du coin où se passe l'histoire un petit monde à part, qui rappelle le passage d'un temps d'avant (la jeunesse) au temps présent (adulte). Du vrai Lynch !!!