vendredi 31 décembre 2010

Retour vers le futur (Blu-ray)



Ma Doloréane bien en place sur son étagère, l'heure était venue de m'attaquer aux films. Première chose à noter, le dvd commence par un message inhabituel. Au lieu des incessants messages anti piratage, on nous remercie juste d'avoir acheté le dvd et contribué ainsi à la réédition Blu-ray d'anciens blockbusters. Ca change...


Ensuite vient le film. Une fois écartés les vieux décors studio de la ville de Hill Valley, on fait un plongon direct dans les années 80 à coup de nikes air, de skateboard, de pepsi et de looks aussi improbables que caractéristiques de l'époque. Le must reste quand même les lunettes 3D en carton que porte fièrement l'un des acolytes de Bif.
Côté réalisation, on a l'une des associations les plus prolifiques du cinéma américain, à savoir Robert Zemeckis (Forrest Gump, Seul au Monde, Roger Rabbit) avec Steven Spielberg à la production dont on retrouve la patte sur l'ensemble du film.

L'histoire, est il besoin de la raconter? Et bien oui figurez vous car le scenario est plus complexe qu'il n'y parait. C'est à se demander si je comprenais vraiment les ficelles du scénario à travers mes yeux d'enfant. L'histoire qui se déroule dans les années 80 démarre sur la relation d'amitié entre le jeune Marty McFly, lycéen plutôt rebel avec le docteur Emett Brown, inventeur farfelu dont le but ultime est de voyager dans le temps. C'est chose faite grâce à sa Doloreane alimentée par du Plutonium dérobé à un groupe extrêmiste. Lors de la démonstration de sa découverte, Emett est tué par les terroristes et Marty poursuivit par ce même groupe. Il monte alors à bord de la Doloréane sans savoir qu'elle était programmée sur l'année 1955, date à laquelle Emett Brown n'avait pas encore envisagé le voyage dans le temps...
Je n'en raconterai pas plus pour ceux qui n'auraient pas vu le film mais tout est basé sur des allers retours dans l'espace temps selon la célèbre théorie du chaos plus communément appelée "effet papillon".

Les clichés sont gros comme le nez au milieu de la figure mais le plaisir de revoir ce film reste intact. Il date quand même de 1985 !!!
Ca aura été également un plaisir pour moi de revoir Michael J. Fox dans son premier grand rôle. Je le vois quotidiennement dans Spin City et le choc a été d'autant plus rude qu'on dirait qu'il a 14 ans dans le film. Il reste néanmoins un grand gamin et ses différents pépins physiques n'altereront jamais son rôle du jeune Mc Fly.

La suite, trés prochainement...


PS: je laisse le soin à l'un de mes plus fidèles lecteurs de vous résumer le film en un gif ;)







Extrait Musical





10 commentaires:

Muffin Man a dit…

Ca sent le fan sur cette chronique, j'aime ! Ce film c'est un plaisir de le voir, revoir et rerevoir ! Je ne me lasse pas d'entendre Emett Brown prononcer le terme "convecteur temporel". Et comme tu le dis si bien l'accro, c'est un beau témoignage des années 80. Merci de nous offrir cette chronique ! :-)

Chief a dit…

Ouais bravo !!! Une des meilleures trilogie du monde du cinéma !!! Je ne m'en lasserai jamais !!!
PS. c'est 1955 si mes souvenirs sont bons ! ;-)

Muffin Man a dit…

Oui c'est 1955 mais je pense que c'est ce qu'il voulait dire. L'accro était surement bien excité à l'idée d'écrire cette chronique ! :-)

clemiclem a dit…

Bravo Messieurs, je corrige ça immédiatement mais c'est vrai que j'ai pris énormément de plaisir à reregarder ce film.
@Muffin Man : j'ai pas osé barber les gens avec le convecteur temporel :)

Chief a dit…

Le convecteur temporel ? :-)

Muffin Man a dit…

Oui Chief, le CONVECTEUR TEMPOREL !!! :-)

clemiclem a dit…

Et le gif??????!!!!!

Chief a dit…

Ah oui Clem, tu pourrais mettre le gif qui résume tout le film pour les vrais fans ou geeks !!!

clemiclem a dit…

Je te l'ai justement demandé dans mon article ;)

Chief a dit…

Je voudrais bien pouvoir le poster mais tu es le seul à en avoir le pouvoir ! ;-)