mercredi 23 février 2011

Les poupées russes




Les succés cinématographiques entraînent généralement une suite, l'auberge espagnole ne pouvait y échapper. Les étudiants Erasmus ont quelque peu changé depuis l'épisode barcelonais. On peine même à en reconnaître certains à l'image de William, le petit frère de Wendy qui devient désormais un personnage central de ce second volet.
Les suites ne sont pas toujours réussies. On doit pouvoir les compter sur les doigts d'une main.
Entrons directement dans le vif du sujet : les poupées russes sont loin de surclasser leur grand frère espagnol. Le film a su éviter les pièges des suites râtées qui compilent les meilleurs moment d'un film original pour les reservir avec une sauce différente. Le scénario quoiqu'original ne nous transporte pas comme dans le premier volet. Le cadre est différent. On part vers Saint Petersbourg et Xavier n'est plus en proie avec ses problèmes d'avenir professionnel. Ses seules préoccupations sont désormais d'ordre amoureux et ça n'est guerre plus facile à gérer que ses premières angoisses.

L'histoire: Xavier fait désormais ce qu'il aime, il écrit. Seulement c'est une branche beaucoup moins lucrative que l'économie vers laquelle il s'était dirigé. Il enchaîne les boulots de scénariste jusqu'à tomber dans le soupe au lait qui lui permet de vivre contre tous ces idéaux. Sur ce, il apprend le mariage du turbulent William avec une jeune femme russe. C'est l'occasion pour lui de retrouver ses amis d'antan et de faire un long bilan de sa vie amoureuse qui se résume à un défilé de conquêtes qui ne parviennent jamais à le rendre heureux.

Dans ce second volet "Adieu Judith Godreche" et "Bonjour Audrey Tautou" dans le rôle de la potiche agassante par excellente. J'ai vraiment un problème avec ces actrices qui surjouent au point de véhiculer une image presque froide des actrices françaises. il ne manquerait plus qu'un dernier volet à cette saga avec Marion Cotillard ou Mélanie Laurent pour vraiment faire concurrence à ce duo.
Peu importe, leurs temps de passage est presque inexistant tout comme le reste du casting. Place aux relations franco anglaises, aux allers/retours en Eurostar et aux p'tits dej' bacon Beens anglais pour notre plus grand plaisir.

Au final Romain Duris signe encore une belle prestation et se place sérieusement dans le panel de mes acteurs favoris. Il faut aller au delà de sa belle gueule et d'en parler me donne immédiatement envie de regarder à nouveau De battre mon coeur s'est arrêté dans lequel on peut voir l'étendu de son talent d'acteur. Le film fera sûrement l'objet d'une prochaine chronique que je suis dèjà impatient de mettre sur papier.


Infos et bande annonce

Extrait musical

1 commentaire:

Chief a dit…

ЭТОТ ФИЛЬМ ЭТО ГОВНО ! ;-)