lundi 20 juin 2011

Virgin Suicides (vost)





L'heure est venue de boucler mon cycle Sofia Coppola, pour le moment du moins. Etrangement c'est par son premier film que je vais conclure, peut être le plus mystérieux en tous cas celui qui prouvera au monde entier qu'elle n'a pas qu'un nom de famille.
Virgin Suicides est avant tout une ambiance, un univers jaunâtre dans lequel on distingue difficilement la réalité de la part de rêve.

L'histoire raconte la vie d'un couple de professeurs du Michigan et plus particulièrement de leurs cinq filles qui deviennent rapidement le centre d'attention de tout le voisinage, en particuliers des jeunes adolescents mâles subjugués devant la beauté de ces jeunes filles toutes droit sortie de leur rêves les plus sensuels. Tout leurs univers bascule lorsque Cecilia, la benjamine se donne violemment la mort, transformant le cercle familial en une véritable forteresse.

On envie forcément ces jeunes garçons du quartier qui se passionnent pour ces adolescentes totalement mysterieuses. On se met à enquêter avec eux, scrutant le moindre objet ayant appartenu de prés ou de loin à l'un de ces anges blonds. On les croit irréelles, innaccessibles puis leur univers s'ouvre peu à peu laissant entrevoir un monde totalement bridé par une mère autoritaire qui ne veut pourtant que leur bien. Les filles étouffent, ne demandant qu'à se libérer. On peut d'ailleurs se demander si les garçons du quartier seraient autant attirés si ces filles devenaient d'un seul coup accéssibles.

La bande son est primordiale dans ce film. Sofia Coppola l'a immédiatement compris en mêlant de vieux standards Rock n'roll avec un thème spécialement composé pour l'occasion par le groupe français Air. A base de cuivres, de vieux synthés
et de quelques accords de guitare accoustique placés ça et là dans le morceaux, les deux versaillais s'approprient le film et feront référence sans le savoir en matière de thème musical au cinéma.
Je laisse une nouvelle fois le soin au Muffin Man de vous parler de ce groupe qu'il a vu à plusieurs reprises et dont il vous parlera certainement mieux que le prophane que je suis. Cliquez juste là


Au final, je ne peux m'empêcher de m'interroger sur la perception de ce film du point de vue féminin. Les hommes comme moi n'y voient que 5 anges blonds totalement mysterieux qui semblent vouloir briser leurs chaînes. Les filles de cette époque et d'aujourd'hui le percoivent peut être différemment. En fait on est totalement dans la thématique du film, les hommes ne comprendront jamais les femmes...



Infos et bande annonce

Extrait musical


1 commentaire:

Chief a dit…

Moi j'avais bien aimé, Mumu non.
Ps. C'est le deuxième DVD que j'ai acheté après en pleine tempête bien sûr ! :-)